Blog


Le stress: c’est dans votre tête?

Le stress: c’est dans votre tête?

Réflexions: monde et philosophie - 28 décembre 2012


Assez souvent, on blâme le stress pour différents symptômes. Les gens pensent parfois qu’on s’imagine alors que « c’est dans leur tête! » Bien imaginez-vous que oui, « c’est dans la tête » mais pas comme vous pourriez le penser.

Rougir ou saliver: le système nerveux autonome commande!

Si je conte une farce « gaillarde » ou grivoise à une jeune fille, les chances sont qu’elle rougira. Et pourtant, jamais elle n’aura décidé de rougir. Ça se fait tout seul.  De même, si un morceau de musique vous va droit au coeur et vous touche profondément; vous aurez la « chair de poule. »  Pourtant, vous ne pouvez choisir d’avoir une « pilo-érection » (chair de poule) comme ça, ce n’est pas sous le contrôle de votre volonté. Même chose avec la salive qui vous arrive en bouche sans que vous ne l’appeliez quand on vous laisse entrevoir un met succulent. En fait, c’est le système nerveux autonome (SNA) qui contrôle ces phénomènes.

Le système nerveux autonome: la « tête » qui manifeste nos émotions!

Notre cerveau contient d’innombrables parties mais on peut le diviser en deux systèmes:

  1. Le système nerveux central (SNC): celui de notre conscience et de notre volonté. Je veux lever mon bras, je décide de le faire, je fais agir les bons muscles et je peux sentir et voir consciemment mon bras levé.
  2. Le système nerveux autonome (SNA): celui qui gère le corps et qui fonctionne sans que nous en ayons conscience. Le SNA contrôle la tension artérielle, le rythme cardiaque et la respiration.

C’est le SNA qui nous fait rougir ou qui exprime notre peur, ou notre stress. L’évolution a voulu que le corps humain soit en mesure de réagir vivement dans certains cas d’urgence. Le Dr Serge Marquis, dans son livre « Pensouillard, le petit hamster » fait mention de ce que notre système nerveux autonome a développé des « programmes » de réactions au stress datant au moins du temps des mammouths! Ainsi, les humains pouvaient promptement réagir à un grand stress. Les rythmes cardiaques et respiratoires ainsi que la pression permettaient une course soudaine. La nausée permettaient de se vider l’estomac pour mieux courir.  Le problème, c’est que même si les mammouths sont maintenant plus rares, c’est le même programme de réaction qui s’enclenche devant chaque stress quotidien, plusieurs fois par jour!

Stress: un problème de SNA!

Pas toujours facile de départager différents symptômes physiques que le patient soumet à notre examen. Trop souvent, en évoquant le stress, les gens croient à tort qu’on présume des symptômes imaginaires. Loin de là! Mais évidemment, une fois qu’on débusque le stress par ses manifestations, le prendre en charge appelle des changements pas toujours évidents à nos vies.  Mais encore là, il existe de belles solutions à proposer. Alors oui, le stress, c’est dans la tête… Mais pas toujours comme on pense… Bonne chance!

PENSOUILLARD LE HAMSTER, Serge Marquis

Par Guy Tropper



2022 - Tous droits réservés // Beauvoir / agence créative