Blogue


Vers une immunothérapie orale efficace pour l’arachide?

Vers une immunothérapie orale efficace pour l’arachide?

Allergies: symptômes, traitement et immunothérapie sublinguale - 29 novembre 2013


Un nouvel espoir pour l’allergie à l’arachide

Une étude préliminaire suggère la possibilité de faciliter grandement l’immunothérapie orale (OIT) pour l’arachide1. Cet article suscite un espoir nouveau pour près de 2% des enfants et adultes canadiens qui doivent composer au quotidien avec le risque d’une réaction allergique sévère à l’arachide.  Un pré-traitement de 3 mois avec Xolair®, un anti-IgE (les immunoglobulines de type E – IgE – constituent l’élément déclencheur des réactions allergiques) permettrait de procéder plus rapidement et à moins de risque à une désensibilisation oral chez des gens allergiques, même sévèrement, à l’arachide.

Une gentille dame me contacte au sujet de cette nouvelle sur l’arachide:

« Bonjour Dr Tropper! Quelle excellente nouvelle!! Mais dites-moi, on peut espérer ce traitement pour quand? je dois avouer que je rêve d’un traitement pour traiter l’allergie de mon fils depuis tellement d’années! Quel stress en moins ce serait pour nous… je voudrais savoir aussi si une fois désensibilisé, la personne allergique peut faire une rechute de son allergie… »

 L’immunothérapie orale – désensibilisation orale – à l’arachide (OIT)

Et bien voilà, la désensibilisation orale (en anglais vous pouvez chercher peanut OIT pour oral immunotherapy) consiste à administrer de minimes quantités de protéines d’arachide EN MILIEU MÉDICALISÉ (hôpital ou clinique spécifiquement équipée) (ET PAS À LA MAISON…) selon un protocole précis pour « habituer » le système immunitaire à l’arachide. On en arrive ainsi, dans la plupart des cas à permettre à des patients qui risquait l’anaphylaxie, de tolérer une exposition légère, accidentelle à l’arachide avec peu ou pas de symptômes.

Mais attention: cela NE GUÉRIT PAS L’ALLERGIE à l’arachide; on induit une tolérance qui, pour qu’elle soit maintenue, nécessite que le patient continue de consommer une quantité prescrite d’arachide (généralement sous forme de M&M’s) quelques fois par semaine. S’il oublie ou arrête, il faut tout recommencer!

Cette pratique a cours dans plusieurs centres en France depuis plusieurs années. Elle a récemment fait l’objet d’une plus grande médiatisation en Amérique du Nord de par les recherches dans le même sens d’un allergologue bien connu: le Dr Wesley Burks en Caroline du Nord. Je crois qu’un projet de recherche a été amorcé en ce sens au Québec également.

Source d’espoir en allergie

Ceci étant, l’intérêt de cette étude préliminaire tient du fait que l’on pourrait accomplir en quelques mois, ce que les protocoles précédents faisaient sur plus d’un an et ce, avec désormais beaucoup moins de risques pour le patient. Cela pourrait même possiblement permettre de considérer des patients qu’on évite présentement en raison de leur profil moléculaire trop redoutable… Comme mon propre fils Guillaume avec Ara h 2 à plus de 100Ku/L

Bon, il ne s’agit que d’une étude préliminaire sur 13 patients. Il faut donc être prudent. Mais la prémisse scientifique est logique et les résultats préliminaires sont plus qu’encourageants. Maintenant, il faut espérer un leadership d’AVANT GARDE en allergie pour amener le plus rapidement possible les applications cliniques de ces découvertes à nos patients.

Merci de votre question!

Par Guy Tropper
______________

1 Schneider LC, Rachid R, LeBovidge J, Blood E, Mittal M, Umetsu DT. A pilot study of omalizumab to facilitate rapid oral desensitization in high-risk peanut-allergic patients. The Journal of Allergy and Clinical Immunology – December 2013 (Vol. 132, Issue 6, Pages 1368-1374, DOI: 10.1016/j.jaci.2013.09.046)



2019 - Tous droits réservés // Beauvoir / agence créative