Resources (FAQ)


Immunothérapie sublinguale

Comment les antihistaminiques sont-ils différents des traitements en immunothérapie ?

Comment les antihistaminiques sont-ils différents des traitements en immunothérapie ?

Les antihistaminiques, comme leur nom l’indique, combattent les effets de l’histamine, une molécule libérée dans les tissus du nez, des yeux, des poumons ou de la peau lors d’une réaction allergique.

Les antihistaminiques « bloquent », en partie du moins, les effets de l’histamine relâchée mais ils ne changent en rien la façon allergique de réagir. L’immunothérapie, un mot un peu compliqué, signifie seulement qu’on s’attaque à modifier la réponse allergique du patient pour tenter de favoriser une réponse immunitaire « normale », non-allergique. L’immunothérapie plus simplement s’effectue par l’administration répétée de petites doses de ce pollen ou autre agent responsable d’une allergie respiratoire qui causent les symptômes de la personne allergique. L’immunothérapie, contrairement aux antihistaminiques qui ne font que masquer les symptômes d’allergies saisonnières ou respiratoires, permet la perspective de changer le cours de la maladie allergique. Même si l’immunothérapie ne peut présentement promettre de guérir toutes les allergies, de chaque personne allergique, elle représente néanmoins une avenue de choix pour diminuer le risque de développement de nouvelles allergies ou d’asthme tout en apportant à court terme un soulagement des symptômes d’allergie. La rémanence consiste en la persistance de l’effet bénéfique de l’immunothérapie longtemps après la fin du traitement lui-même. L’immunothérapie peut se pratiquer par voie sous-cutanée (les vaccins en injections) particulièrement efficaces pour les allergies aux vespidés, ou par voie sublinguale (l’administration de gouttes ou de comprimés sous la langue) récemment plus populaires pour traiter les allergies respiratoires.



2022 - Tous droits réservés // Beauvoir / agence créative